Toiture : comment poser une charpente traditionnelle ?

Toiture : comment poser une charpente traditionnelle ?

La pose d’une charpente traditionnelle offre plusieurs avantages, notamment économiques. Cette structure en bois maintient la toiture en place pour une certaine durée et requiert peu d’entretien. L’installation exige l’intervention d’un professionnel, mais un bricoleur averti peut aussi s’en charger.

Réunir le matériel nécessaire pour la pose de la charpente

Sachez que réaliser soi-même la charpente traditionnelle de sa maison nécessite un certain nombre d’équipements. Au minimum, il vous faut un mètre de maçon, un niveau à bulle, une pince, un escabeau, la scie égoïne et éventuellement un modèle électrique. La perceuse reste aussi indispensable pour la mission de charpentier dont vous vous apprêtez à accomplir. Il faudra un marteau, et le nécessaire pour tracer. Pour un chantier de grande envergure, le niveau laser serait d’une aide considérable pour avoir la parfaite horizontalité. Certains de ces outils sont disponibles à la location. Beaucoup se trouvent déjà dans la malle du bricoleur invétéré. Il vaut mieux faire appel à un professionnel tel que toiturescapozza.be pour vous simplifier la tâche. En ce qui concerne les pièces de charpente, vous avancer plus rapidement avec un peu de préparation. Ce sont des poutres, des bastaings, des madriers résineux et des chevrons. Pensez à les découper selon les mesures données par le plan d’architecture. À ce titre, ces documents vous seront indispensables pour ne pas tâtonner dans vos démarches. Afin de fixer toute cette belle boiserie, vous aurez besoin de boulons de charpente et de sabots. Des clous et des vis pourront aussi vous être utiles. Par ailleurs, les matériels changent légèrement en fonction de l’architecture de votre maison. C’est une raison de plus de consulter les experts-couvreurs ou carrément demander un plan à exécuter chez un bureau d’étude.

Suivre les différentes étapes du montage

Une charpente traditionnelle repose sur l’entrait de bas de ferme. Ce sont les pièces qui se trouvent en contact direct avec les plus grands murs porteurs latéraux. Il faudra les boulonner solidement et veiller à ce que les éléments soient parfaitement horizontaux. La suite consiste à mettre en place les madriers. Alignés en binômes, ils vont supporter le poids de la structure, mais également celui de vos combles. Puis, les pièces verticales et obliques arrivent. Ce sont les poinçons et les contrefiches. À ce stade vous avez érigé de beaux pignons. Il faudra les fixer fermement avec des tenons en respectant les angles au degré près. Poursuivez avec les albâtriers. Des cales devraient être préalablement placées aux bons endroits. La suite revient à poser les chevrons. À ce moment, le niveau laser est utile pour que la future couverture soit impeccablement horizontale. Des entretoises vont tout tenir solidaire. Un contreventement performant devrait vous aider à répartir le poids des tuiles. La perceuse devient aussi votre alliée de taille. Le nombre de fermettes dépend de la surface de votre toiture. Ce calcul peut être un casse-tête, n’hésitez surtout pas à demander à un connaisseur si jamais le compte n’est pas bon. Quoi qu’il en soit, vous êtes pratiquement à la fin de la mission. L’équation reste tout de même plus complexe si vous souhaitez avoir des ouvertures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *