Charpente inclinée : les étapes-clés d’une toiture à pente réussie !

Charpente inclinée : les étapes-clés d’une toiture à pente réussie !

Le squelette interne de la toiture est constitué par la charpente. Non seulement elle joue à soutenir toutes les futures installations pour couvrir en entier la construction ; mais tient également une importance capitale dans la rendue esthétique et fonctionnalité de la toiture. Ainsi pour qu’elle puisse assurer tous ces rôles, le travail de l’architecte ou de l’entreprise de la toiture consiste en un bon nombre d’étapes. Sa construction invite entre autres, un bon calcul de pente, des agencements ordonnés, des choix de matériaux, et des finitions minutieuses. Explications.

Étape 1 : Quelle pente pour une charpente ?

Bien que la formule semble facile et accessible à tous, l’appliquer n’est pas une mince affaire. Le calcul étant la base de la réussite, mieux vaut relayer la tâche à un professionnel. Pour en savoir davantage, consultez artettoiture.com. La pente est égale au rapport entre la hauteur du pan de toit et sa largeur horizontale multipliée par 100 pour avoir un pourcentage. Variant de 20 à 40 % chez une toiture inclinée, la pente à adopter est fonction de plusieurs critères. La pente idéale pour une toiture exposée au vent et à une période de pluie prolongée est comprise entre 30 % à 35 % contre 25 % pour des climats classiques. En termes de matériaux, il faut 20% pour les tuiles et shingle contre 40% pour un chaume. Pour des toitures inclinées à pans, la pente est fonction de l’architecture souhaitée.

Étape 2 : Quelle charpente choisir ?

Le premier critère à considérer dans la forme de la charpente est le pan. On peut constituer un toit à 1, 2, 3 ou même à 4 pans. Quant au type, il existe deux variétés de charpentes. La forme traditionnelle, notamment la plus facile et la commune de tous, est la charpente traditionnelle. C’est aussi l’alternative pour les constructions sur mesure. A son opposée se trouve la fermette industrielle, qui est un assemblage prêt à poser et fabriqué en usine. En termes de matériaux, on rencontre des charpentes en bois massif, en bois lamellé-collé, en métal, en poutre de bois composite ou même en béton armé. Les joints sont parfois métalliques ou à emboitements.

Étape 3 : Comment poser une charpente ?

La charpente est l’élément à poser en premier pendant l’installation de la toiture. Rappelons un petit lexique pour en comprendre davantage. L’entrait est la base horizontale qui se pose sur le mur gouttereau. Il constitue la base du fameux triangle avec les deux arbalétriers. Ces derniers se rallient en haut par le poinçon qui est soutenu par le faux entrait qui se cogne sur leurs deux moitiés. Des pannes horizontales à trois niveaux (sablière, intermédiaire, de base), qui sont terminées par la panne faitière soutiennent les chevrons et rassemblant ainsi la structure destinée à recevoir les couvertures. Pour la forme traditionnelle, toutes les structures seront à poser sur place, alors que dans le cas de la fermette industrielle, les mesures seront prises pour pouvoir ensuite le concevoir en industrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *